Accueil AMP de Sangomar
  • Partagez :
AMP de Sangomar

Caractéristiques générales

Créée le 24 mars 2014, l’Aire Marine Protégée de Sangomar est située dans les Communautés rurales de Palmarin et de Dionewar. Elle est limitée au Nord par l’AMP de Joal Fadiouth, au Sud par le Parc National du Delta du Saloum et à l’Est par la Réserve Naturelle Communautaire (RNC) de Palmarin et les Communautés rurales de Bassoul et de Djirnda. A l’Ouest, elle est limitée par l’océan Atlantique. Elle couvre une superficie de 87 437 ha dont une grande partie se trouve dans la Réserve de Biosphère du Delta du Saloum.

Objectif de création

Contribution à la conservation de la biodiversité marine et côtière, et surtout de certaines entités qui constituent des points d’achoppements pour la régénération et le développement des ressources halieutiques afin de promouvoir un développement économique et social des communautés locales.

Habitats et écosystèmes représentatifs

L’AMP comporte dans la partie estuarienne huit (08) bolongs et quatre (04) sites de reproduction des poissons et des arches. Dans la partie marine, elle englobe une zone de frayère (la fosse de Sangomar ou fosse de Bakina).

Principales Espèces

Elle regroupe un ensemble d’écosystèmes particuliers (mangrove, forêts, savanes herbeuses, tannes, vasières, île de Sangomar, etc.) qui abritent une faune très diversifiée. Elle accueille des oiseaux migrateurs paléarctiques et afro-tropicaux (oiseaux migrateurs interafricains). On y trouve des reptiles (crocodile du Nil, varan du Nil, python, etc.), des mammifères (hyène, phacochère, chacal, singe patas, dauphin, lamantin, etc.) et une ichtyo faune très riche.

Valeurs culturelles et activités économiques

Les communautés locales vivant aux alentour de l’AMP sont très rattachées à la culture. Dans chaque village, il existe des lieux de culte sacralisés. Les villages de Niodior, Bassoul et Thialane, abritent de nombreux arbres sacralisés le baobab (Adansonia digitata) ou baak en Seereer, arbre particulièrement apprécié par les génies et qui sert souvent de réceptacle aux Pangool. C’est le cas notamment de Ndafafé, Tioupane et Ndañ Sireh à Falia et de Fandanga et Toumbé à Niodior. De par leur configuration géographique, les collectivités locales de Palmarin et de Dionewar vivent de la pêche avec des atouts et de potentialités importantes dans ce secteur, de la cueillette malacologique, de la transformation des produits halieutiques, de l’agriculture et l’élevage, extraction du sel, produit forestier, tourisme et commerce.

Suivez-nous sur Twitter

Copyright 2015 © RAMPAO - Tous droits réservés