Accueil AMP de gestion communautaire du Bamboung
  • Partagez :
AMP de gestion communautaire du Bamboung

Caractéristiques générales
Créée en 2004, l’Aire Marine Protégée Communautaire (AMPC) du Bamboung s’étend sur environ 7 000 ha, dans la partie sud du delta du Saloum. La diversité et la richesse des écosystèmes du bassin du Delta du Saloum ont valu à celui-ci d’être érigé en Réserve de la Biosphère par l’UNESCO en 1981. L’AMP du Bamboung est l’une des aires centrales de la réserve de biosphère du Delta du Saloum après le Parc National du Delta du Saloum et la Réserve Communautaire de Palmarin. Cette AMP est une des premières AMP de gestion communautaire dans la sous-région.

Objectifs de création
Favoriser une gestion durable des ressources halieutiques et préserver la diversité biologique de la RBDS en créant plusieurs aires centrales.

Principales espèces
Cette AMP abrite un grand nombre d’espèces, notamment animales. Environ 51 espèces de poissons fréquentent l’AMP. Durant sa phase juvénile, le Thiof ou mérou bronzé (Epinephelus aenus), poisson emblématique du Sénégal, affectionne particulièrement cette zone, tout comme le lamantin. Ce mammifère marin, menacé de disparition, vient s’abreuver au niveau des résurgences d’eau douce sur les rives de l’île coco. Les habitats terrestres sont des lieux de prédilection de nombreuses espèces d’oiseaux (héron Goliath, pélicans gris, flamants roses, martins pêcheurs…). De nombreuses espèces de mammifères terrestres tel que le guibs harnaché, la hyène tachetée, des singes, le phacochère, etc., fréquentent les zones de savane arborée.

Habitats et écosystèmes représentatifs
L’AMPCB est principalement constituée de mangrove et de bolons qui constituent des lieux de reproduction, de croissance ou de refuge d’espèces côtières et marines. Elle abrite aussi des sources d’eau douce servant de points d’abreuvement pour les lamantins.

Valeurs culturelles et activités économiques
Le site abrite des amas coquillés qui témoignent de zones de rencontre et d’échange d’anciennes sociétés il y a 4 à 6 siècles. On y trouve notamment Diorom bu mag, l’un des plus importants amas coquilliers qui renferme plus d’une centaine de tumulus (tertres en coquilles renfermant les restes de plusieurs défunts). Les principales activités économiques sont l’écotourisme, la pêche artisanale et la transformation des ressources halieutiques (huîtres, poisson, mollusques).

Suivez-nous sur Twitter

Copyright 2015 © RAMPAO - Tous droits réservés