Accueil Finalité et objectif
  • Partagez :
Finalité et objectif

Enjeux :

Une richesse considérable en biodiversité représentée par divers habitats critiques tels qu’herbiers marins, récifs coralliens, écosystème de mangroves et par des espèces rares, menacées ou en voies de disparition (i.e. phoques moines, tortues marines, hippopotames, lamantins, dauphins, baleines, fous bruns) caractérise l’écorégion marine ouest africaine. La présence d’upwellings et d’écosystèmes tels que les estuaires, les rias… est à l’origine de sa productivité et de sa richesse en ressources halieutiques.

Considérant l’existence d’espèces migratrices, de ressources partagées des habitats transfrontaliers et la mobilité des usagers notamment les pêcheurs dans la sous-région, les acteurs de la conservation marine et côtière ont vite reconnu le besoin d’aborder la gestion de la zone côtière et de ses ressources au niveau sous régional. Une démarche concertée s’impose donc en vue d’assurer la conservation de la structure et des fonctions des écosystèmes marins et côtiers au niveau régional.

Une Vision partagée :

En 2002, une Stratégie Régionale pour les AMP a été développée par les différents groupes d’acteurs impliqués. La vision commune formulée par tous est “un réseau cohérent d’aires marines protégées en Afrique de l’Ouest, gérées par des institutions fortes, de façon participative, qui valorisent la diversité naturelle et culturelle pour contribuer au développement durable de la région”.

En 2003 cette stratégie régionale a rapidement obtenu un fort soutien des autorités politiques des pays impliqués à travers la signature d’une déclaration de politique générale par dix ministres en charges de l’environnement, des aires protégées et de la pêche dans six pays (Cap-Vert, Gambie, Guinée-Bissau, Guinée, Mauritanie et Sénégal).

C’est dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie régionale de 2002 que le RAMPAO a été créé officiellement lors de son assemblée constituante tenue à Praia au Cap-Vert en avril 2007. Ensuite en 2010, a travers la signature d’une Déclaration de reconnaissance formelle du réseau par quinze ministres, le RAMPAO a obtenu une reconnaissance officielle des autorités des sept Etats ce qui lui a permis d’asseoir la crédibilité institutionnelle du réseau et promouvoir sa valorisation en tant que contribution à la mise en œuvre des engagements internationaux des Etats.

Mission :

La finalité du RAMPAO est d’assurer, à l’échelle de l’écorégion marine de l’Afrique de l’ouest constituée du Cap-Vert, de la Gambie, de la Guinée-Bissau, de la Guinée, de la Mauritanie, du Sénégal et de la Sierra-Leone, le maintien d’un ensemble cohérent d’habitats critiques nécessaires au fonctionnement dynamique des processus écologiques indispensables à la régénération des ressources naturelles et la conservation de la biodiversité au service des sociétés ”.

Plus spécifiquement, le RAMPAO vise à :

  • Mettre en réseau un ensemble d’AMP représentatives d’écosystèmes et d’habitats critiques nécessaires au renouvellement des ressources halieutiques, à la réhabilitation, à la restauration des habitats critiques et à la préservation de la biodiversité ;
  • Promouvoir l’échange et l’apprentissage mutuel entre les membres ;
  • Créer des synergies entre les AMP sur des sujets d’intérêt commun ;
  • Rendre fonctionnelles et opérationnelles les AMP de la région ;
  • Renforcer les capacités mutuelles en matière de plaidoyer, de défense des intérêts et de représentation des AMP de la région dans le cadre international.

Perspectives

  • Autonomisation du Réseau.
  • Révision de la stratégie régionale pour les AMP en Afrique de l’ouest.
  • Elaboration et mise en œuvre du plan d’actions des axes stratégiques du réseau 2013-2016
  • Assurer une gestion et une gouvernance efficace et durable des AMP du réseau.
  • Renforcement de capacités des membres et de la coopération inter-institutionnelle pour une plus forte intégration des AMP et du réseau dans les politiques sectorielles.
  • Assurer des prises de décision pour l’intégration de nouvelles AMP dans le réseau et pour la gestion des AMP membres reposant sur des connaissances approfondies et fiables des écosystèmes marins et côtiers ouest-africains.
  • Faire du réseau une dynamique et rayonnante plate-forme d’échanges, de partages d’expériences et de capitalisation de bonnes pratiques qui influencent la prise de décision au niveau local, national et sous régional en faveur de la gestion durable des ressources marines et côtières.

Suivez-nous sur Twitter