Accueil Protocole additionnel à la Convention d’Abidjan relatif à la gestion concertée et durable des écosystèmes de mangroves de la cote atlantique de la région d’Afrique de l’ouest, du centre : Quelles perspectives pour le RAMPAO et le RAPAC ?
  • Partagez :
Protocole additionnel à la Convention d’Abidjan relatif à la gestion concertée et durable des écosystèmes de mangroves de la cote atlantique de la région d’Afrique de l’ouest, du centre : Quelles perspectives pour le RAMPAO et le RAPAC ? 10/03/2017

Ecosystème fragile, les forêts de mangrove représentent des portions importantes des littoraux d’Afrique de l’ouest du Centre et du Sud et couvrent l’ensemble des pays de la Convention d’Abidjan excepter les Iles de Cabo Verde.

Les mangroves sont très importantes à de nombreux égards : du point de vue biologique, écologique, social et économique. En effet, elles constituent, des zones de nurserie et de frayère pour les poissons, protègent les habitats côtiers et insulaires, fournissent des rendements rizicoles supérieur aux écosystèmes continentaux, elles procurent un large éventail de produits ligneux et non ligneux qui soutiennent les économies rurales. Les mangroves ont également de grandes potentialités dans le domaine de l’écotourisme et constituent des puits de carbone dans un contexte de réchauffement climatique du à l’émission croissante de gaz à effet de serre.

Malgré les caractéristiques et l’importance de cet écosystème, les mangroves de l’Afrique ont subi d’énormes pressions au cours des dernières décennies, au point que, en Afrique occidentale et centrale, 20 à 30 % des forêts de mangroves ont disparu en 25 ans. Cela est dû à plusieurs facteurs, en particulier à ceux anthropiques particulièrement dans les Grands Courants marins du Golfe de Guinée et du Benguela.

De nombreuses initiatives ont été prises au plan national et international par les Etats côtiers (diverses législations, plans d’action, signature de conventions…) pour freiner la destruction des mangroves. Ces initiatives ont été soutenues en Afrique de l’Ouest et du centre par le Réseau régional d’Aires Marines Protégées (www.rampao.org) et le Réseau des Aires Protégées d’Afrique Centrale (www.rapac.org). Elles se sont matérialisées par le développement des stratégies transfrontières et régionales de création et de gestion durable d’Aires Marines Protégées qui garantissent le maintien d’un équilibre entre les besoins des populations côtières et les potentialités écologiques des mangroves.

Aujourd’hui ces stratégies doivent être renforcées par une approche plus globale prenant en compte les impacts des courants océaniques dans le cadre du développement d’un programme régional de gestion durable des mangroves.

Ainsi, le RAMPAO et le RAPAC avec les acteurs clés concernés mèneront ensemble une réflexion sur les voies et moyens pour une mise en œuvre efficace du protocole additionnel de la Convention d’Abidjan relatif à la gestion concertée et durable des écosystèmes de mangroves.

Sur la même rubrique

Suivez-nous sur Twitter